Un thème, une page blanche : on écrit sans pause et sans trop réfléchir jusqu’à la fin de la page. On corrige deux trois fautes grossières et on emballe. C’est de l’écriture semi-automatique. En tout cas, j’appelle ça comme ça.

En l’occurrence, il s’agit d’une des session d’EA (enfin, ESA) que j’ai pratiqué pour brainstormer à propos d’un mini-roman tenté pour le NaNoWriMo de 2016. Une espèce de Marie Potter contemporain.

Lisez-donc ça en PDF :