Maxime le dérangé et le chemin de l’énervement.


Troisième et dernière partie du slam sur les bagnoles. ET OUI.

Version PDF de la mort qui tue (24 ko) :

Version html qui se pose là, mais bon :


Maxime le dérangé et le chemin de l’énervement
Trilogie mécanique, chapitre 3 (v1.0)

Le monde s’est écroulé, civilisation plantée
J’avais senti venir le coup, monde ultra-moddé, trop de DLC
On navigue à vue, mais l’horizon ne montre que La Route
Avec le peu de carburant qui reste, je risque pas de choper la goutte

Point de refroidissement climatique en vue, c’est fatal
Claude Allègre en PLS, voire en position fœtale
À faire et refaire bombance, on a trouvé les limites de la croissance
Tu kiffais l’abondance ? C’était juste de l’imprévoyance

Survive !!

Je fais des aller-retours insensés, on dirait un boomerang
Tout ça parce qu’on s’est trop éloignés du Big Bang
Plus d’énergie nulle part, c’est la guerre pour une pile 9 volts
Tu sors un jerrican et les balles de 22 virevoltent

Je savais que j’aurais dû aller à la fac au lieu de jouer les crevards
Comment je fais maintenant, pour apprendre l’histoire de l’art ?
Bon, de toute façon les Van Gogh ont fini dans des chaudières
Quand l’estomac gargouille tu penses plus à préserver l’hier
Si encore il nous restait des hôpitaux, macache
Nos seuls dentistes sont des garagistes qui arrachent

Heureusement qu’il me reste mon clébard céleste
Si Canigou me suivait pas comme une ombre leste
Je pense que j’aurais déjà foncé dans un tas de pillards
Juste pour partir dans un dernier éclat en griffant du lard

Soyez témoins !

Mais voilà, mon ami à la demi-huitaine de pattes me console
Rien que pour ça, je vais passer un jour de plus à gratter le sol
Le jour où je retrouve des Twinkies, je fais un malheur
Et gare à celui ou celle qui jouerait les chapardeurs
Pour un p’tit goût sucré je suis prêt à tailler des bides
C’est pas faux, je te jure, alors contente-toi de l’insipide

À traîner dans ces déserts aux allures de fractales
J’ai envie de jouer les reborn, revenir en prénatal
Je finis par me sentir comme Capitaine Caverne
Tu me files une grotte et j’y sieste comme dans une taverne

Il s’agirait de mettre un peu d’ordre dans ce chaos
Mais est-ce seulement possible dans une ère post-cacao ?
Plus de nems, plus de moteurs, tous psychos, les lunes passent
Chaque été, chaque hiver, apportent leurs lots d’impasses

Pour s’occuper, il reste bien le Jugger, attention si t’es un gros qwik
Tu te fais plaquer par deux enforcer, même si t’es costaud c’est couic
J’aimais ça, j’étais chain, mais j’ai perdu mon stuff au cricket
C’est dommage, t’aurais dû voir ça, elle était belle ma kette

En attendant je profite de ce réservoir à moitié plein
Surtout, coco, n’aies pas l’impression que je me plains
Dans ce monde ravagé, je suis l’un des plus optimistes
Je t’écris ce témoignage de l’ère des derniers automobilistes
Toi qui liras cette lettre, dans un futur incertain
Tu maudiras mes ancêtres, puis moi et tous les miens
Mais quand tu trouveras une source d’eau saine, félicitations !
Tu oublieras un instant ton malheur et tes imprécations
Pour redevenir un être humain au bonheur passager
Tout le monde est à la place du mort, autant kiffer le trajet

Demain je terminerai ma route, toujours vers l’ouest
À la recherche d’une communauté ou ce qu’il en reste
Pour peu que j’arrive à distancer les bandits vénères
Quitte à les soudoyer avec des capsules jetées par terre
J’atteindrai ce havre espéré, bravo, bingo, banco !
Où je pourrai réparer mon corps et mon saint tacot…

Superdelcofragilentocexpiantmespéchés
Superdelcofragilentocexpiantmespéchés
Superdelcofragilentocexpiantmespéchés
Superdelcofragilentocexpiantmespéchés

Aaaah !
Marre de ce manque de Super, allô maman Furieuse la vie c’est dur
Ma caisse va finir en rade, tout ce que je peux conclure…
C’est que si je veux pas me transformer en Max-Claude Dusse
Je devrais choper du foin et me trouver une roulotte russe