Aujourd’hui, j’ai vu trop de gens pour rester seul ;
À midi, le matin, l’après-midi et même
En début de soirée. Et puis seul. Linceul
Sur la vie amoureuse. Ouais. Devant l’écran blême
De mon ordinateur, j’essaye de combler
Le manque de tendresse et de contact physique,
Accru par des années dépensées à sombrer
Dans la mélancolie et l’ailleurs éthylique,
Par les rapports distants et verbeux d’internet.
Mais j’ai envie de peau, de regards et de bouche,
Et de rire, et de jouir. Pas d’élan coupé net
D’un au revoir poli. C’était un peu la douche.
Alors je me sens con. Je devrais être au bar,
Sirotant tranquillou un bon jus de tomate
Accompagné d’ami·e·s, et pas broyer du noir
En cherchant sur Wiki ce qu’est le glyphosate.