Un texte chapitré mais qui n’aura probablement pas de suite. Ou p’tet qu’il en a eu mais que j’ai oublié. Ou je ne sais pas. Ou je m’en fiche un peu. Il est là. Il date un peu, mais il est là.

Réflexions qui ne sentent pas l’annale

Chapitre 1: Je suis de droite.

Oui, je suis de droite.
J’en discutais avec un autre fétichiste des uniformes récemment, qui s’est aperçu de sa droititude en pensant à des enfants. Je me sens parfois comme un communiste de droite. Formulé autrement, ça en sonnerait presque comme national socialiste, il y a de quoi faire baliser. Pour autant, je déteste Sarko, Marine, Soral, et je trouve ma foi plutôt normal que les gays puissent se marier. J’ai même pas de portrait du pape sur ma télé. J’ai eu un chef dont c’était le cas. Certes, il était bitterois mais tout de même. En fait, j’ai même pas de télé, et je suis bien assez pape par moi-même, pas besoin d’aller chercher quelqu’un d’autre pour ça.

Pourquoi de droite alors ? Il y a plein de raisons, toutes meilleures les unes que les autres. Jouons donc sur l’actualité. Je suis de droite parce je suis contre le travail le dimanche, déjà. Oui, je suis super conservateur là-dessus. Le jour du Seigneur était très bien comme il était. Bon, certes, la droite avait essayé de jouer le même ballon il y a quelques années et la gauche avait alors crié au scandale, arguant que libérer le travail du dimanche c’était vraiment pas gentil. Je sais plus trop où ils en sont, et du coup où j’en suis. Ou peut-être que je sais. Je sais que les élections qu’on nous propose, ça ne me semble pas très intelligent. Qu’on nous donne en permanence le choix entre une poire à lavement et un sandwich au caca, c’est une chose, ça a marché durant des années et même si c’était con on s’était habitué. Mais qu’en plus on se permette désormais de nous forcer à manger un sandwich au caca alors qu’on a demandé un lavement… là je peux plus.

Je préviens ici le lecteur que ce texte ne devient pas plus drôle après cette phrase. Il est encore temps d’en arrêter la lecture si un épisode d’American Dad ou de Futurama passe à la télé. Oui, avec internet tout ça est toujours disponible, c’est vrai. Pas facile de prioriser ses hobbies pour l’individu du 21ème sioucle. On pourrait proposer un internet à cadran ? Genre la journée est divisée en quatre. Suivant la période, on a accès à une partie d’internet mais pas au reste. On deviendrait des nomades du net, et si une période ne nous intéresse pas on irait faire autre chose.

Poire à lavement ou sandwich au caca, donc. Ce serait plus drôle si on pouvait un peu mieux choisir les mascottes à départager. Snif.

Tiens, au fait, j’ai déjà pratiqué le lavement. J’ai fait ça tout seul comme un grand. Eau infusée d’un mélange d’herbes de hippie, le tout à température du corps à peu près. Le petit sac en hauteur pour accueillir tout ça, le tuyau accompagné d’une grossière seringue en plastoc pour arriver à mon cul, et vogue la galère. Au final, ça demande une certaine préparation mais c’est assez sympa, je vous le conseille. Pour l’expérience, quoi. En dehors de ça, je ne suis pas certain que votre cul ait besoin d’être nettoyé.

Oui, c’est vrai que j’ai mal digéré le coup du traité européen de 2005. Et le passage en force de ce texte sur le travail le dimanche, là, alors qu’il y a quelques temps le même parti était contre, et ben ça en rajoute une couche. Il y en a eu d’autres entre temps. Quelque part je m’en branle de tout ça, même si j’ai toujours des rêves, des idées même, je ne me fais plus trop d’illusion sur la nature humaine et sa progression qui ne passe que par le chaos pour tendre vers on ne sait quoi. Mais même une fois ce “on ne sait quoi” atteint, on aura envie de tout casser pour recommencer autre chose.

Alors vu qu’on vit sous une monarchie déguisée, s’il y a bien une forme d’utopie… hmm, j’aime pas vraiment ce mot, j’ai l’impression de tuer l’idée, de dire tout de suite que ça n’arrivera jamais. Mouais, même si je n’y crois pas des masses, je dis donc que s’il y a bien une forme de régime que je verrais bien marcher en France, ce serait une monarchie officielle, dans laquelle le roi n’aurait pas masse de pouvoir (voir la reine d’Angleterre et le président allemand) et en dessous des tas de députés & co qui formeraient le réel pouvoir, qui n’auraient aucun cumul de mandat possible (ni dans la durée, ni dans la quantité en parallèle), et qui seraient tirés au sort parmi je ne sais quelle liste. Faudrait qu’on soit dirigé par un peu plus de gens qui n’en ont pas envie, et que ceux qui y prennent goût retournent rapidement faire autre chose une fois leur part accomplie.

Bon, bon, bon. J’ai l’impression d’être un hippie de faculté qui fait la leçon après avoir assisté à deux cours de politique dans un amphi peuplé de branleurs. Enfin, un hippie de droite, quoi. Donc. Si vous avez suivi. J’en connais des dreadeux de droite, sans déconner. Y’en a pas mal autour de Montpellier. Ils sont pas tous antisémites, mais ils sont tous de droite (forcément vu que je parle des dreadeux de droite, attention la prochaine fois je vérifie la compréhension avec un QCM).

Je suis tellement de droite que je suis même pas certain d’être en faveur du revenu universel, c’est dire ! Putain, si je suis pas un enculé, là. Je sais pas, d’un côté c’est vrai que ça sonne comme un affranchissement vis-à-vis de ce “travail” qui semble régir nos vies et nous avilir… mais d’un autre côté je me demande si ce n’est pas aussi l’outil de contrôle ultime. Le moyen idéal de nous culpabiliser de manière définitive et de nous ôter toute légitimité dans le moindre choix politique. Pas dans l’absolu, et une société façon Star Trek ça a sûrement plein de bons côtés. Une société construite autour d’un revenu de base, on peut certainement en faire quelque chose de bien. Avec justement une participation active de chacun dans la politique. Mais une société comme ce qu’on a aujourd’hui, avec un sparadrap de ce genre, ça donnerait quoi ? Ma foi, on verra. Si l’automatisation suit son cours, ce type de revenu pourrait devenir vraiment accessible voire inévitable. Il est même bien possible que ce soit poussé par des politicards de droite, bien contents de calmer tout le monde pendant qu’ils continueront à baiser de petits thaïlandais dans des hôtels stylés. A moins que ce soit poussé par un gouvernement de gauche qui n’aura plus que ça pour attirer un minimum de sympathie et qui baisera de petits marocains dans des hôtels stylés ? Droite, gauche, c’est juste un axe, une dimension, c’est léger. Déjà avec deux dimensions comme sur le diagramme de Nolan on y verrait plus clair. Mais je me demande si trois dimensions ce serait pas l’idéal, genre en rajoutant un axe philosophico-spirituel. Se placer politiquement dans un grand cube. Il y aurait même moyen d’en faire un jeu vidéo.

Allez, vivement le revenu universel quand même. C’est en testant un peu tout qu’on verra ce qui est le moins merdique, et ce qu’on a aujourd’hui c’est mieux que le Darfour mais c’est quand même un poil merdique.

Mais mince… Une fois qu’on sera tous chez nous à peindre avec les pieds ou à jouer du djembé, qui continuera à visiter des expos et à aller à des concerts ?!

Dada